La Côte-Nord continue de se vider de sa population

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 23 octobre 2017
Temps de lecture :
La baisse démographique de la Côte-Nord se poursuit. Photo archives Le Manic

La baisse démographique de la Côte-Nord se poursuit. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – La démographie poursuit sa décroissance sur la Côte-Nord. L’exode de la population s’intensifie depuis le début des années 2000. Force est de constater que les efforts et initiatives du milieu pour ralentir le phénomène restent vains.

Selon le bulletin statistique régional 2017 de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) publié la semaine dernière, la Côte-Nord comptait 92 500 habitants au 1er juillet 2016. C’est 3 147 personnes de moins en l’espace de cinq ans. Le poids démographique de la région a légèrement diminué pour passer de 1,3 % à 1,1 % de la population de la province.

Entre 2011 et 2016, la population s’est amoindrie à un taux annuel moyen de 6,7 personnes pour mille habitants. C’est plus que le taux de -1,8 pour mille observé pendant la période de 2006 à 2011 et même pire que celui de -5,9 pour mille de la période de 2001 à 2002. Malgré tout, souligne l’ISQ, la décroissance annuelle demeure en deçà de celle de la fin des années 90 qui était de l’ordre de -10 pour mille habitants.

Aucune MRC épargnée

Aucune des six MRC de la Côte-Nord n’est épargnée. Toutes accusent des pertes. La région est d’ailleurs l’une des deux seules au Québec, avec celle de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, à voir la population diminuer dans l’ensemble de ses MRC.

Dans Manicouagan (31 036 résidents, dont 21 536 à Baie-Comeau) et la Haute-Côte-Nord (11 099), il est question de reculs annuels moyens respectifs de 9 et de 8 personnes pour mille habitants. L’ISQ parle de pertes non négligeables.

Les MRC de Caniapiscau (4 067 résidents) et du Golfe-du-Saint-Laurent (4 907 personnes) affichent les décroissances les plus rapides non seulement sur la Côte-Nord, mais aussi dans tout le Québec avec des taux de -11 pour mille et de -10,1 pour mille habitants.

L’ISQ rappelle d’ailleurs que Caniapiscau avait connu la plus forte croissance de la région entre 2006 et 2011 avec un taux annuel moyen de 14,6 pour mille. De toute évidence, le côté cyclique de l’industrie minière explique ces écarts plutôt spectaculaires tant à la baisse qu’à la hausse.

Enfin, du côté des MRC de Sept-Rivières (34 860 personnes) et de la Minganie (6 572 personnes), les pertes sont plus modérées avec respectivement -4,4 pour mille et -2,5 pour mille habitants. Par contre, à l’image de celle de Caniapiscau, ces deux MRC avaient également enregistré une croissance de leur population entre 2006 et 2011.

Âge et sexe

Il n’y a pas d’écart notable entre la Côte-Nord et l’ensemble du Québec au chapitre de la structure par groupe d’âge de la population. Cependant, étant donné qu’il y a un peu moins de 20 à 44 ans et un peu plus de 45-64, l’âge moyen des Nord-Côtiers est un tantinet plus élevé, soit 42,4 ans contre 41,9 ans.

La MRC de Caniapiscau compte la population la plus jeune de la Côte-Nord avec un âge moyen de 32,7 ans. Elle se distingue d’ailleurs dans l’ensemble des MRC du Québec pour sa plus forte proportion d’individus âgés de 20 à 64 ans (66,3 %) et sa plus faible proportion d’ainés (3,5 %).

La Haute-Côte-Nord arrive en tête de lice des MRC dont la population est la plus âgée avec un âge moyen de 46,9 ans. La Manicouagan suit avec un âge moyen de 43,8 ans.

Partager cet article