Colloque Femmessor à Baie-Comeau – Danièle Henkel invite les femmes d’affaires à oser

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 24 mai 2018
Temps de lecture :
On aperçoit la conférencière Danièle Henkel entourée de Jacinthe Harrison et de Sévrine Labelle, respectivement directrice générale de Femmessor sur la Côte-Nord et présidente-directrice générale de Femmessor au Québec. Photo Le Manic

On aperçoit la conférencière Danièle Henkel entourée de Jacinthe Harrison et de Sévrine Labelle, respectivement directrice générale de Femmessor sur la Côte-Nord et présidente-directrice générale de Femmessor au Québec. Photo Le Manic

Baie-Comeau – « Lever la tête et regarder de l’autre côté. Osez aller voir ce qui se passe ailleurs. Osez vous faire confiance. Osez avoir envie même de vous tromper, car c’est en se trompant qu’on se rend compte qu’on arrive à quelque chose en bout de ligne. Je crois qu’il est important qu’on ne soit pas toujours dans le modus de la réussite. »

Celle qui parle ainsi, c’est Danièle Henkel, cette entrepreneure parmi les plus admirées au Québec, qui, la semaine dernière, était à Baie-Comeau dans le cadre du Colloque Femmessor 2018, tenu sur le thème Rêve, ose, agis.

Devant un parterre de 120 entrepreneures suspendues à ses lèvres, Mme Henkel a lancé plusieurs messages destinés à faire prendre conscience aux femmes en affaires de l’importance de s’affirmer et de croire en elles, mais tout en acceptant de demander de l’aide s’il le faut.

« Mesdames, arrêtez de vouloir plaire aux autres. Faites-vous du bien à vous. Écoutez votre intuition. Osez vous faire confiance et osez aller demander de l’aide », a-t-elle lancé, tout notant que bien des femmes hésitent encore à aller chercher des conseils par peur d’être jugées.

En alliant le geste à la parole, la conférencière a invité les femmes à bomber le torse et à foncer.

Grandir grâce aux autres

Le colloque de Baie-Comeau, le premier d’une série de cinq prévus par Femmessor au Québec en 2018-2019, a également permis à Richard Aubé, conférencier et auteur en psychologie, d’inviter les participantes à sortir du conformisme afin de réaliser leur plein potentiel entrepreneurial, et ce, avec un discours tout en humour.

Trois femmes d’affaire de Baie-Comeau ont aussi eu l’occasion de raconter leur parcours et d’inspirer l’auditoire lors d’un panel. Il s’agit Sylvie Ratté, du Salon d’esthétique Liane, Marie-Pierre Roy, d’Image Expert, et Nathalie Hébert, de Services financiers Nathalie Hébert.

Une autre entrepreneure de Baie-Comeau, Julie Bérubé, de l’entreprise Granijem, s’est quant à elle prêtée au jeu de l’entrevue intimiste, qui a été menée par nulle autre que Sévrine Labelle, présidente-directrice générale de Femmessor.

Réseauter et faire rayonner

Mme Labelle a dressé un bilan très positif du colloque, que ce soit au chapitre de la participation que de l’atteinte des objectifs de réseautage, d’outils à fournir et de rayonnement des entrepreneures de la région. « On a besoin de modèles et, ici, il y a des modèles accessibles à la jeune génération », a-t-elle souligné.

La PDG de Femmessor considère que l’entrepreneuriat féminin a franchi des pas de géants. Selon elle, par rapport à des données de 2009, les femmes sont aujourd’hui trois fois plus nombreuses à avoir envie de se lancer en affaires. Elles sont aussi plus nombreuses à se mettre en action en ce sens.

D’ailleurs, s’il y a une réalité qui réjouit Mme Labelle, c’est bien le fait qu’au cours des deux dernières années, il y a eu autant d’hommes que de femmes qui ont lancé une entreprise, selon l’Indice entrepreneurial 2017 de la Fondation de l’entrepreneurship.

La dame reconnaît cependant qu’il y a encore du travail à faire puisque 50 % des entreprises détenues par des femmes le sont à titre individuel, donc comme travailleuses autonomes. « Le défi, il est là dans l’accompagnement des femmes entrepreneures dans la construction d’entreprises créatrices d’emplois, éventuellement actives à l’international », conclut-elle.

Partager cet article