Cité des bâtisseurs fête ses 40 ans avec un regard vers l’avenir

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 02 novembre 2018
Temps de lecture :
Directrice de Cité des bâtisseurs, Lise Dionne considère que les prochaines années seront consacrées particulièrement à faire cheminer des projets d’habitation pour aînés. On l’aperçoit ici en compagnie d’Éric Cimon, directeur général de l’Association des groupes de ressources techniques du Québec, et du maire suppléant de Baie-Comeau, Sylvain Girard. Photo courtoisie

Directrice de Cité des bâtisseurs, Lise Dionne considère que les prochaines années seront consacrées particulièrement à faire cheminer des projets d’habitation pour aînés. On l’aperçoit ici en compagnie d’Éric Cimon, directeur général de l’Association des groupes de ressources techniques du Québec, et du maire suppléant de Baie-Comeau, Sylvain Girard. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Après 40 ans d’existence et la réalisation de 40 projets en habitation sur la Côte-Nord, le groupe de ressources techniques Cité des bâtisseurs continue d’avoir sa raison d’être. Et s’il y a une clientèle qui est dans sa mire pour les prochaines années en raison du vieillissement de la population, c’est bien celle des aînés.

« Les groupes de ressources techniques, on a vraiment notre raison d’être », indique Lise Dionne, directrice de Cité des bâtisseurs, en faisant référence aux besoins en logements communautaires au Québec, qui sont évalués à 14 000 unités.

La semaine dernière, alors que la Semaine nationale de l’action communautaire autonome battait son plein, l’organisme s’est associé à L’Ouvre-boîte culturel pour la présentation d’un documentaire sur les 40 ans de l’habitation communautaire au Québec, produit par l’Association des groupes de ressources techniques. « Un documentaire qui relate l’histoire, l’évolution et la révolution » de l’habitation communautaire, précise Mme Dionne.

Le moment est on ne peut mieux choisi pour dresser un bilan de ces quatre décennies tout en regardant vers l’avenir.

Promouvoir et coordonner

Né en 1978 dans la foulée d’un véritable boum du développement des organismes communautaires dans la région et dans l’ensemble de la province, Cité des Bâtisseurs a pour mission la promotion et la coordination du développement de projets en logements communautaires sous la forme de coopératives et d’organismes à but non lucratif (OBNL) avec l’aide de programmes gouvernementaux.

En 40 ans, 11 coopératives et 24 organismes à but non lucratif ont été créés, dont certains projets avec deux et trois phases sur quelques années, ce qui explique les 40 réalisations à l’actif de l’organisme. Il est question de 523 unités pour des investissements totalisant 58 M$

Le premier projet de l’histoire de l’organisme à avoir abouti est celui d’une coopérative sur le boulevard René-Bélanger à Baie-Comeau en 1980. Peu de temps après, une autre coopérative voyait le jour sur la rue Bossé.

Patience

Il faut être patient pour travailler au développement de logements communautaires. « Les bénévoles et les groupes (avec qui travaille Cité des bâtisseurs) ont beaucoup de mérite, ils sont tenaces », insiste Mme Dionne, en rappelant qu’en moyenne au Québec, quatre années s’écouleront entre l’identification d’un besoin et la coupure du ruban d’une réalisation.

Sur la Côte-Nord, des projets ont pris beaucoup de temps à se réaliser. On se souviendra que la corporation La Villa des Retraités a mis près de 10 ans à accoucher de la résidence Raymond D’auteuil à Baie-Comeau en 2010.

À Gros Mécatina en Basse-Côte-Nord, un projet pour personnes âgées doit se concrétiser enfin en mars 2019 après… 28 ans de travail des gens de la place et de Cité des bâtisseurs.

Avenir et aînés

Cité des bâtisseurs a quelques dossiers dans ses cartons pour les prochaines années, notamment à Baie-Comeau, aux Escoumins et Port-Cartier. Pour la plupart, ils sont destinés à une clientèle aînée.

« Il y en a plus que ça, mais je ne veux pas trop m’étendre là-dessus, car ils sont vraiment à l’étape très embryonnaire », précise Mme Dionne. Une réflexion est d’ailleurs amorcée sur la viabilité d’une phase 2 pour la corporation La Villa des retraités.

Avec la réalisation prochaine du projet de Gros Mécatina, « la Basse-Côte-Nord commence à nous regarder », ajoute la directrice.

Un projet en habitation communautaire trouve toujours ses origines sur l’expression par un groupe de personnes d’un besoin qui sera confirmé. Un scénario de réalisation est ensuite élaboré et une demande de financement acheminée au programme Accès Logis de la Société d’habitation du Québec (SHQ). « S’il a du sens et répond au besoin, la SHQ nous accorde une réservation d’unités », explique Lise Dionne.

Suivent les étapes des plans et devis ainsi que de la recherche du site de réalisation et de la contribution du milieu, qui oscille souvent de 30 % à 40 % des investissements nécessaires. Ensuite, il y aura un deuxième dépôt du projet à la SHQ pour l’étape de l’engagement définitif.

La participation du milieu est souvent le nerf de la guerre. Si elle est aussi élevée, c’est que le programme Accès Logis accorde son financement selon des coûts de construction de 2009. Une version « revampée » de programme est promise.

Fait à noter, après s’être retiré en 1994 du logement communautaire, le gouvernement fédéral a lancé en 2017 un nouveau programme destiné au soutien à la rénovation. La Coopérative des Cèdres sur la rue de Parfondeval à Baie-Comeau en a bénéficié avec une subvention non remboursable de 889 000 $.

En 2019, un nouveau programme est attendu pour des travaux de remise à niveau à des fins d’économie énergétique. « Comme 2019 est une année électorale (au fédéral), on s’attend à de belles surprises », conclut Mme Dionne.

Partager cet article