François Corriveau, candidat conservateur dans Manicouagan

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
François Corriveau, candidat conservateur dans Manicouagan
François Corriveau est officiellement le candidat du Parti conservateur du Canada dans Manicouagan, qui portera le nom de Côte-Nord aux élections de 2019. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Ce qui n’était plus un secret depuis 24 heures a été officialisé vendredi après-midi. François Corriveau, présentement directeur général de la Ville de Baie-Comeau, est le candidat du Parti conservateur du Canada dans Manicouagan.

C’est devant une salle « paquetée », comme dans le bon vieux temps de la politique, que la candidature de M. Corriveau a été dévoilée par le chef du parti, Andrew Scheer, et le lieutenant politique des conservateurs au Québec, Alain Rayes. Selon le candidat, c’est d’ailleurs lui qui a donné le goût de la politique à M. Rayes.

Les deux hommes se connaissent depuis 2002, soit après que François Corriveau soit devenu le second député de la défunte Action démocratique du Québec après le chef, Mario Dumont.

« Ça fait comme 15 ans que je me ferme la gueule », ont été les premiers mots du candidat, dont les fonctions ne lui permettent évidemment pas d’exprimer ses opinions politiques. Au passage, M. Corriveau entend demeurer directeur général de la municipalité jusqu’à l’élection d’octobre 2019.

« Ça fait 25 ans qu’on dit rien, ça fait 25 ans qu’on est dans l’opposition », a-t-il ajouté en estimant que le Parti conservateur a de bonnes chances de former le prochain gouvernement. « Il est temps de ramener Baie-Comeau et la Côte-Nord dans l’histoire canadienne », a-t-il enchaîné en anglais.

Voulant témoigner du fait qu’il avait toujours la piqûre de la politique, François Corriveau a fait valoir en point de presse que « quand j’étais jeune, mes idoles n’étaient pas Ken Dryden ou Guy Lafleur, c’était Brian Wilson et Brian Mulroney ». M. Mulroney, qui a écrit un mot pour souligner la candidature de celui qu’il a connu tout petit, est d’ailleurs le dernier député conservateur de la région, rappelons-le.

Quant à Andrew Scheer, il a évidemment rappelé à l’assistance que la « vague bleue » de 1984 a démarré ici. « Rappelez-vous dans quel état Brian Mulroney a trouvé le Parti conservateur au Québec en 1984. Il y avait deux députés. Après l’élection, il y en avait 58. »

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des