Première émouvante pour Kuessipan à Sept-Îles

Première émouvante pour <i>Kuessipan</i> à Sept-Îles
Plusieurs acteurs impliqués dans le film étaient présents et ont tenu à prendre la parole pour exprimer leur très grande fierté lors de cette première diffusion nord-côtière de Kuessipan.

Plus de 800 personnes ont assisté à la projection du film Kuessipan, dimanche dernier à la Salle Jean-Marc-Dion de Sept-Îles. Cet événement riche en émotions de tous genres s’est déroulé en présence de plusieurs comédiens, membres de l’équipe technique, de la réalisatrice et de la productrice. Ce long métrage a été entièrement tourné à Sept-Îles et à Uashat mak Mani-utenam à l’automne 2017 et au printemps 2018.

Éric Martin
Collaboration spéciale

À tour de rôle, plusieurs intervenants sont montés sur la scène de la salle de spectacles. Parmi eux, l’autrice de ce long métrage, Naomi Fontaine, qui n’a pas caché sa joie de voir l’un de ses livres portés à l’écran.

« Je suis très heureuse de voir ma communauté représentée à l’écran aussi fidèlement. Je ne peux qu’être fière du travail effectué », lance celle qui a aussi fait part du travail colossal effectué par la réalisatrice de Kuessipan, Myriam Verreault.

Pour cette dernière, un tel événement représente l’aboutissement d’un travail qui s’est échelonné sur près de neuf ans.

« Ce livre m’a bouleversé dès que j’en ai fait la lecture. Bien sûr, il a fallu travailler fort pour l’adapter au grand écran. Pour moi, il était hors de question de ne pas tourner à Uashat mak Mani-utenam et surtout de ne pas recourir aux talents des gens de la place autant à l’avant de la caméra qu’à l’arrière. Ce n’était en rien une question d’économie », insiste-t-elle.

Même son de cloche de la part de la productrice Felize Frappier, qui a tenu à souligner l’apport incontestable de feu Réginald Vollant, l’ancien directeur général de CKAU et du Festival Innu Nikamu.

En effet, il lui a servi de mentor tout au long de cette aventure. Elle a ajouté que ce projet a représenté tout un casse-tête financier et qu’elle ne regrettera jamais d’être allée au bout d’une telle aventure.

Force est de constater qu’elle a eu raison de le faire si l’on se fie à la réaction des cinéphiles présents lors de ce visionnement et aussi des prix obtenus récemment à la suite de sa diffusion dans deux festivals du film.

Le témoignage le plus émouvant fut, sans contredit, celui d’une des deux comédiennes principales du film, Yamie Grégoire. Mère d’un enfant à l’âge de 16 ans, elle a dit que c’était là le plus bel héritage qu’elle pouvait lui laisser.

« Je suis convaincue qu’elle sera fière de moi tout autant que je le suis », mentionne-t-elle. « Si je n’en fais pas d’autres (films), je pourrai au moins me dire que j’aurai laissé une belle trace et fais une réelle différence dans l’évolution des mentalités. » Cette projection avait lieu bien avant la sortie officielle du film Kuessipan en salle, qui se fera le 4 octobre.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des