L’Alliance des chambres de commerce demande la réouverture complète de l’économie de la Côte-Nord

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
L’Alliance des chambres de commerce demande la réouverture complète de l’économie de la Côte-Nord
Les deux chambres de commerce de la Côte-Nord ont échangé par visioconférence avec des membres des secteurs les plus affectés par le confinement afin de trouver des pistes de solutions. (Photo : Courtoisie)

« Il est maintenant temps de permettre à l’ensemble des entreprises et organisations d’ouvrir avec des mesures efficaces et efficientes pour que notre économie puisse repartir en zone jaune selon le palier de couleur du gouvernement. »

La Chambre de commerce et d’industrie de Manicouagan (CCIM) et la Chambre de commerce de Sept-Îles-Uashat-mak-Mani-utenam (CCSIUM), réunies au sein de l’Alliance des chambres de commerce de la Côte-Nord, lancent ce message d’une seule voix à l’approche du 8 février, date à laquelle devaient initialement prendre fin le confinement et le couvre-feu imposés par le gouvernement du Québec le 9 janvier.

Le premier ministre François Legault doit annoncer dans les prochains jours certains assouplissements pour les régions où la situation épidémiologique est sous contrôle. Avec aucun cas actif de COVID-19 depuis deux jours et aucune hospitalisation, il ne fait aucun doute que la Côte-Nord est en bonne position pour bénéficier d’un allègement des contraintes.

Dans un communiqué, l’Alliance des chambres de commerce de la Côte-Nord demande carrément la levée des nouvelles restrictions imposées depuis trois semaines. À la suite de discussions avec certains de leurs membres provenant des secteurs les plus affectés, elle affirme que des pistes de solutions et de nouvelles mesures ont été élaborées afin de faire un pas de plus pour assurer la réouverture des entreprises dès le 8 février.

Ces propositions, dont la teneur est gardée secrète pour le moment, seront soumises sous peu aux autorités régionales de la santé publique.

Selon le président de la CCIM, Antonio Hortas, la réalité des entreprises de la Côte-Nord est bien différente de celle du reste de la province et s’il fallait que Québec décrète une prolongation du confinement, elle leur sera fatale.

Ce dernier fait aussi remarquer que les grandes entreprises poursuivent leurs activités sans générer d’éclosion, et ce, en raison d’une « structure de gestion de la COVID-19 très efficace et des protocoles en milieu de travail sécuritaires ». Il considère donc inconcevable que d’autres entreprises soient soumises aux exigences du reste de la province et doivent garder leurs portes closes.

Résilience et adaptation

Du côté de la CCSIUM, sa coprésidente, Kateri C. Jourdain, souligne la résilience et l’adaptation des membres depuis le début de la pandémie. « Nous sommes convaincus qu’ils seront prêts à faire encore les efforts supplémentaires pour leur réouverture avec des indications claires de la part du gouvernement, ce qui n’est pas le cas actuellement. »

Également coprésident de la chambre de commerce, Gabriel Striganuk est d’avis que les prochaines annonces du gouvernement doivent être à l’image des résultats des efforts réalisés par le milieu des affaires pour assurer le respect des consignes sanitaires.

D’après lui, en plus de nuire à l’économie régionale, le confinement actuel augmente les difficultés d’attraction et de rétention de la main-d’œuvre, ce qui viendra compliquer encore plus les choses lors de la relance.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires