Des cours de pêche à la mouche au cégep

Par Charlotte Paquet 2:20 PM - 06 avril 2022
Temps de lecture :

Le service de la formation continue du cégep de Baie-Comeau offrira en mai deux journées d’initiation à la pêche à la mouche. Ces mercredi et jeudi soirs, c’est l’initiation au montage de mouches qui est à l’honneur. Photo Pixabay

Le service de la formation continue du cégep de Baie-Comeau sort des sentiers battus avec deux formations inusitées dans un domaine ô combien collé sur la réalité de son territoire : la pêche à la mouche.

« On n’a pas juste du Excel, du Word et du Outlook », lance Isabel Rioux, conseillère pédagogique à la formation continue, en faisant référence à quelques-unes des formations traditionnelles qui sont proposées. Dans les faits, avec des nouveaux cours d’initiation au montage de mouches et d’initiation à la pêche à la mouche, il ne fait aucun doute qu’on en est très loin.

Cette fois-ci, la demande n’est pas venue d’une entreprise ayant besoin d’une formation sur mesure. « C’est un créneau plus populationnel que l’on veut développer. Étant un cégep à dimension humaine, on peut se permettre des formations offertes à M. et Mme Tout-le-Monde », indique Mme Rioux.

De toute évidence, l’initiation au montage de mouches dispensée ces mercredi et jeudi soirs aurait pu attirer deux fois plus de monde que les « quatre ou cinq » personnes inscrites. En revanche, celle du 7 mai sur la pêche à la mouche connaît une popularité inattendue avec 16 inscriptions.

Comme il s’agit d’un nombre trop élevé d’étudiants pour un seul formateur, le cégep devra scinder le groupe en ajoutant une deuxième journée de cours le lendemain. Comme quoi l’apprentissage des rudiments de la pêche à la mouche attire les gens.

Pour en revenir au montage de mouches, Isabel Rioux croit que le nombre d’inscriptions pourrait s’expliquer par le fait que la publicité ait été diffusée sur le tard, précisément au cours de la semaine précédant la formation.

Un ancien de TACH

Si la chasse et la pêche sont dans l’ADN d’une bonne partie des Nord-Côtiers, elles le sont aussi pour le cégep qui se distingue au Québec avec son programme Techniques d’aménagement cynégétique et halieutique (TACH). C’est d’ailleurs un de ses anciens diplômés, Benoît Farcy, qui agit comme formateur.

Copropriétaire de l’entreprise Mouche Neptune, bien connue au Québec, et propriétaire de l’agence Sportif Nordik, M. Farcy habite Les Escoumins et roule sa bosse comme formateur.

Puisqu’il est très probable que le cégep récidive avec ses deux nouvelles formations en montage de mouches et en pêche à la mouche, Mme Rioux invite les gens intéressés à contacter le service de la formation continue afin de laisser leurs noms.

D’ailleurs, l’établissement continue aussi de recueillir les noms des personnes pour une formation sur la survie en forêt.

Partager cet article