Le Saaremaa I pourrait prêter main-forte dans les Maritimes

Par Charlotte Paquet 4:49 PM - 03 août 2022
Temps de lecture :

Si les essais sont concluants, le Saaremaa I assurera pendant environ deux mois la liaison maritime entre la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard.

Le Saaremaa I pourrait être affecté bientôt à la liaison maritime entre la Nouvelle-Écosse et l’Île-du-Prince-Édouard pour une période d’environ deux mois, vient de confirmer la Société des traversiers du Québec (STQ), tout en assurant que la mission première de navire de relève à la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout demeurera.

La STQ planifie l’affrètement du Saaremaa I dans les provinces maritimes afin de prêter main-forte à la compagnie Northumberland Ferries Limited à la suite de l’incendie survenu en juillet à bord du Holiday Island.

Si le projet se réalise, les utilisateurs de la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout n’ont pas raison de s’inquiéter. « Le navire pourra se déployer à la traverse si le besoin se présentait dans le même intervalle que c’est prévu lorsqu’il est en attente à quai au Québec », promet la STQ dans un communiqué.

Le Saaremaa I quitte Trois-Rivières ce mercredi 3 août en direction de Caribou en Nouvelle-Écosse. Là-bas, des validations et des essais seront réalisés afin de déterminer la faisabilité de l’opération aux installations portuaires de façon sécuritaire et efficace. L’évaluation durera une dizaine de jours.

Président-directeur général de la STQ, Stéphane Lafaut souligne avoir été touché par la nouvelle de l’incendie à bord du Holiday Island en pleine saison touristique. Connaissant l’importance d’une liaison maritime sur les communautés desservies, étant donné que les enjeux sont les mêmes au Québec, il a voulu mettre l’épaule à la roue.

« Sachant que nous pouvions aider ayant un navire disponible de notre côté en le NM Saaremaa I, j’ai demandé à mes équipes d’analyser l’option d’y affréter le navire sans toutefois nuire à son affectation première de navire de relève à la traverse de Matane », indique-t-il.

Du côté de la Northumberland Ferries Limited, son vice-président, Don Cormier, salue évidemment ce soutien très apprécié et se dit confiant pour les essais.

Partager cet article