Baie-Comeau franchit une première étape légale

Baie-Comeau – La Ville de Baie-Comeau vient d’enclencher les étapes légales en vue de la construction d’un deuxième poste de distribution électrique à l’ouest de la rivière La Chasse et au sud du boulevard Pierre-Ouellet.

« Aujourd’hui, c’est le premier pas », a souligné le maire Yves Montigny, la semaine dernière, lors de la séance du conseil municipal, en référence à une résolution adoptée en vue de l’obtention d’un acte de servitude auprès de la Compagnie hydroélectrique Manicouagan.

Le droit de passage réclamé concerne un corridor qui débouche déjà sur le poste Bégin et dans lequel ont déjà passé des lignes électriques. Il permettrait de le relier au futur poste situé quelques kilomètres plus à l’ouest.

« Ce qui est important, c’est de diminuer les délais le plus possible pour être capable, au moment où on prendra la décision de construire le poste Bégin 2, un nouveau poste à 161 kV, de mettre en lien les deux postes du secteur Marquette. Et le meilleur chemin pour aller rapidement, c’est la zone actuelle où on a démantelé les pylônes à 161 kV », a précisé M. Montigny.

Eau potable

Par ailleurs, les citoyens du secteur Marquette devraient être sur le point de consommer de l’eau potable provenant de la nouvelle usine de traitement puisque la cible de la Ville de Baie-Comeau est la fin mai, selon ce qui a été mentionné lors de la séance du conseil municipal.

On se souviendra que les citoyens du secteur Mingan sont branchés à l’usine depuis le 26 avril. Les commentaires sur la qualité du précieux liquide sont élogieux, d’après le maire.

Le retard observé dans l’est de la municipalité s’explique par des fuites que des tests d’étanchéité ont révélées. Les travaux correctifs seraient sur le point de se terminer, si ce n’est déjà fait.

Les citoyens du quartier Saint-Georges devront patienter jusqu’à la fin de juin pour avoir accès eux aussi à l’eau traitée par la nouvelle usine. Le fait qu’ils soient branchés à un réseau indépendant explique le délai, a mentionné l’élu.

Rappelons que la construction de l’usine et tous les travaux connexes a coûté 60 M$, dont 14 M$ à la charge des contribuables et le reste en subventions provenant des gouvernements provincial et fédéral.

Poster un Commentaire

avatar